03/10/2019

1 personne sur 4 a du mal à gérer le stress au travail. Que peut faire l'entreprise?

1 personne sur 4 a du mal à gérer le stress au travail. Que peut faire l'entreprise?

Pendant la période chargée qu’est l’automne, le stress lié au travail envahit à nouveau certains collègues. Mensura a enquêté sur la perception du stress au travail en 2019. La plus grande étude jamais réalisée en Belgique sur le stress au travail montre que ce sont les cadres qui le subissent le plus souvent. Cependant, ce sont surtout les non-cadres qui éprouvent plus de difficultés à y faire face. 

Sur une période de près de trois ans, Mensura, le Service Externe de Prévention et de Protection au Travail, a mené une enquête en ligne auprès de plus de 28.000 travailleurs pour évaluer leur expérience face au stress au travail. 23% des personnes interrogées occupaient des postes de direction au moment de l'enquête.

Les non-cadres ont plus de difficulté à faire face au stress

Selon cette enquête, le stress lié au travail est plus important chez les cadres que chez les non-cadres. Environ 60% des cadres se disent de modérément à très stressés. Pour les non-cadres – autant les ouvriers que les employés – ce chiffre est légèrement inférieur à 50%.

Cependant, lorsqu'il s'agit de gérer le stress lié au travail, la tendance contraire semble se produire. Même si les cadres éprouvent plus de stress, ils semblent être en meilleure mesure d'y faire face. Environ 4 dirigeants sur 5 (81%) affirment être habituellement en mesure de gérer leur stress de façon saine. C'est moins le cas pour les non-cadres : près d'1 sur 4 (24%) indique être parfois, ou jamais, en mesure de gérer le stress lié au travail de façon saine.

Un plus grand contrôle forme une barrière contre le stress

Alexandra Bouisseau, expert en stress chez Mensura : « Le nombre de travailleurs qui subissent un stress important semble être élevé, avec une moyenne de 55%. Cela n'est pas forcément alarmant : en effet, le stress n'est pas nécessairement négatif. Mais si vous éprouvez des difficultés à contrôler celui-ci, , le stress peut alors entraîner des effets négatifs, mineurs ou majeurs. Pensez à la surcharge de travail, à l'inconfort physique, ou même au burn-out. »

« Le fait que les cadres indiquent être en meilleure mesure de gérer le stress lié au travail est principalement dû au contrôle dont ils disposent. Les cadres ont plus de cartes en main pour faire face au stress, comme l'autonomie par exemple. Le fait d'avoir son mot à dire sur qui fait quoi, quand et de quelle manière est une barrière importante contre le stress. »

Les principales causes du stress

L'enquête s'est également penchée sur les facteurs de stress (qu'est-ce qui vous procure du stress ?) et sur les facteurs de réduction du stress (qu'est-ce qui freine votre stress ?). Selon les travailleurs belges, les principaux facteurs de stress sont les suivants :

  • Une charge mentale due au contenu du travail ou, en d'autres termes, le besoin de concentration.
  • La pression professionnelle et la charge émotionnelle due au travail (les émotions causées par la nature du travail et les contacts professionnels) arrivent en deuxième position.
  • La complexité du travail.
  • L'ambiance sur le lieu de travail.

Alexandra Bouisseau : « L'atmosphère de travail peut être autant bénéfique que néfaste pour le stress au travail. Un environnement collégial où les collègues s'entraident aide à canaliser le stress. Mais l'inverse est également vrai : un environnement toxique où le principe du "chacun pour soi" s'applique est un levier de pression et de tension. Un impact négatif sur l'environnement de travail a également un impact sur la productivité. Ceux qui font face à beaucoup de stress peuvent peut-être travailler plus d'heures, mais en fin de compte, ils seront moins productifs. »

Une communication et des accords clairs sont les meilleures barrières contre le stress

Une exposition excessive et longue à un stress important nuit à la santé mentale et physique, et peut à terme devenir une cause de problèmes. C'est pourquoi il est important pour une entreprise de prendre des mesures pour soulager ou éliminer le stress excessif ou persistant.

Voici les plus importantes selon les répondants :

  • des procédures et une méthode de travail claires.
  • une liberté et une autonomie (mesurées) en ce qui concerne l'organisation du travail et les décisions à prendre.
  • le soutien et l'appréciation d'un responsable.

Alexandra Bouisseau : « Accorder de l'autonomie n'est pas évident, voire même impossible, dans le cadre de certaines fonctions. De nombreux postes d'ouvriers offrent peu de marge de manœuvre dans ce domaine et ce groupe indique toutefois clairement éprouver du stress. Dans ces cas, il est conseillé de porter une attention particulière aux autres facteurs de réduction du stress. »

« En termes de soutien et d'appréciation, le rôle crucial de coach et d'oreille attentive ne relève pas automatiquement de l'évidence pour tous les responsables.

Les organisations doivent faciliter une gestion efficace du stress

L'essentiel est de fournir aux responsables et aux collaborateurs les outils nécessaires pour qu'ils puissent également correctement mettre en pratique tout ce qui est attendu d'eux », estime Bart Vriesacker. « Il est dès lors judicieux d'investir dans des formations en leadership axées sur le coaching et la sensibilisation des collaborateurs. »

En parallèle, il est important que les travailleurs qui ne mentionnent pas directement leurs problèmes de stress à leur supérieur soient détectés à temps. « Reconnaître les signes de stress excessif ou d'épuisement professionnel, c'est aussi une compétence qui ne vient pas de nulle part. A quoi sert une culture de la porte ouverte si un manager n'a jamais appris à gérer une conversation sur des sujets sensibles ? Parler, cela fonctionne, mais nous devons faciliter cette pratique en tant qu'organisation."

Que peuvent faire les organisations pour réduire le stress ?

  • Travailler à la clarté des accords. 
    « En ces temps de changements rapides, de descriptions de travail qui s'estompent et de travail de plus en plus axé sur les projets, il est important de bien délimiter les rôles et les responsabilités. De cette manière, chacun sait ce que l'on attend de lui ou d'elle. Cela permet d'éviter bien des soucis, désagréments ou conflits. »

  • Dans la mesure du possible, essayer d'accroître l'autonomie des employés. 
    « De plus en plus d'équipes autogérées émergent dans les organisations. Certaines organisations osent même ne définir que les grands jalons et objectifs de ces équipes. L'interprétation de ces objectifs à atteindre est laissée aux mains des travailleurs. Avec le bon cadre, cette manière de travailler est certainement un élément positif qui permet de contrebalancer le stress lié au travail. »

  • Faire tous les efforts possibles pour obtenir l'appui des cadres. 
    « Le coaching du leadership, dans lequel le manager soutient et assiste les collaborateurs dans leur propre recherche de solutions - et les aide ainsi à se développer - est une valeur ajoutée concrète à cet égard. »

Souhaitez-vous en savoir plus? Consultez le site web de Mensurale Service Externe de Prévention et de Protection au Travail

(Futur) entrepreneur ?
Des questions ?

info@1819.brussels
appelez le 1819

Lu-Ve de 09:00 à 13:00
et Ma de 17:00 à 19:00

Service gratuit hors coût de l'appel :
tarif fixe national

infopoint 1819

Lu-Ve de 13:00 à 17:00

Ch. de Charleroi 110, 1060 Bruxelles

En savoir plus?

Abonnez-vous à notre newsletter

  • Bimensuelle
  • Gratuite
  • Plus de 22 000 abonnés

Follow us