22/10/2018

5 étapes pour développer son activité dans l’artisanat

entreprendre dans l'artisanat

L'artisanat est une aventure passionnante mais aussi exigeante. Après tout, les porteurs de projet doivent combiner plusieurs compétences, connaissances techniques et professionnelles relatives au métier en question. Mais entre l'idée et le lancement d’une activité, ces créatifs peuvent d'ores et déjà compter sur une offre de soutien importante. 1819 vous donne un aperçu des initiatives qui existent à Bruxelles....

Dans un contexte général où de plus en plus de citoyens désirent donner un sens à leur travail, de nombreuses valeurs comme l’ « éthique », la « rémunération équitable », le « bio » le « durable », la « production locale », etc. deviennent des critères incontournables dans le choix de carrière et la réorientation professionnelle. L’artisanat semble s’inscrire dans cette dynamique et bénéficier de l’attention de tous ces travailleurs en recherche de sens.

Dans cet article, nous tenterons de brosser un paysage des initiatives bruxelloises et outils de soutien à ceux qui désirent se tourner vers ces métiers.

Mais avant tout, il nous semble adéquat de proposer une définition de l’artisanat. En droit belge, un artisan est défini comme « un travailleur indépendant actif ou une entreprise active dans la production, la transformation, la réparation, la restauration d’objets, la prestation de services dont les activités présentent un certain savoir-faire axé sur la qualité, la tradition et la création ». Certaines autres définitions précisent qu’il doit s’agir d’une activité « hors contexte industriel ».

1. Se former : l’apanage des néophytes

S’ils peuvent être appris de manière autodidacte, les métiers de l’artisanat nécessitent souvent un apprentissage précis qui sera plus facilement appréhendé lors d’une formation. En effet, une connaissance des nombreuses techniques, un choix rigoureux des matières premières ou encore une utilisation optimale des outils sont des variables à prendre en compte pour développer un produit fini qualitatif.

De nombreuses possibilités de formation existent à Bruxelles et ailleurs. Nous vous proposons ici quelques pistes pour trouver la formule adéquate :

La cité des métiers

Vous ignorez quel sens donner à votre vie professionnelle ? Vous souhaitez découvrir pour quel métier vous êtes fait ? Vous cherchez la formation la plus adaptée à vos envie ? La cité des métiers rassemble sous le même toit les acteurs de la formation, de l’emploi et de l’enseignement pour vous accompagner dans votre orientation.

Bruxelles Formation

Bruxelles Formation est l’organisme public chargé de la formation professionnelle des bruxellois francophones. Cet organisme répertorie également l’offre de formation sur le site Dorifor.

Le SIEP

Le SIEP, ou Service d’Information sur les Études et les Professions, est une ASBL qui a pour mission de mettre au service de tous, toute l’information disponible sur  les études, les formations et les professions. Il répertorie une énorme partie des formations à Bruxelles et ailleurs.

L’efp

L’efp est un centre de formation des classes moyennes. À travers sa filière « chef d’entreprise », l’efp vous permettra de suivre une formation professionnalisante tout en développant vos aptitudes à la gestion d’une petite entreprise. En effet, en sortant de cette formation en alternance, vous aurez l’accès à votre profession (si nécessaire) et votre diplôme de gestion de base. Bref, vous aurez les bases nécessaires au démarrage d’une activité entrepreneuriale.

2. L’apprentissage par les pairs et le réseau

Les Fablabs

Les FabLab, abréviation de « Fabrication Laboratory » sont des ateliers ouverts au public et dans lesquels toutes sortes d’outils sont mis à disposition, notamment des machines pilotées par ordinateur pour la réalisation d’objet. Ces espaces sont pris d’assaut par les entrepreneurs,  designers, bricoleurs, étudiants, hackers, etc. Ils constituent un excellent lieu d’échange et de création collaborative qui permettent la création de toutes sortes d’objets.

Un fablab est également l’endroit idéal pour se former à un savoir-faire technique, apprendre à manier des imprimantes 3D, des machines à bois, des découpeuses laser ou encore des machines à coudre, … Nous avons la chance d’avoir une région plutôt bien fournie en fablabs, et ce n’est qu’un début puisque Citydev devrait encore en faire émerger au moins deux.

On compte déjà les fablabs suivants :

  • la Micro Factory, se situe Anderlecht, à deux pas du métro Delacroix et est accessible 24h/24 et 7j/7 pour les plus motivés. Ce fablab est implanté dans le complexe du Recy-K, plateforme de l’économie circulaire et de l’économie sociale, spécialisée dans la réutilisation, la réparation, le réemploi et le recyclage de déchets/ressources ainsi que dans la formation et la réinsertion socio-professionnelle.

  • Hébergé dans les locaux de Greenbiz.brussels et créé par Citydev.brussels, le Cityfab 1, premier fablab public bruxellois, cible avant tout les projets durables et d’économie circulaire. Deux autres FabLabs verront prochainement le jour sur des sites de Citydev  :  cityfab 2 sur le site Da Vinci à Evere qui sera axé autour de l’activité industrielle et la réalité virtuelle et cityfab 3 sur le site de Cityline à Anderlecht plutôt orienté modélisme et maquettisme.

  • D’autres fablabs comme iMAL à Molenbeek, Openfab à Ixelles, ou encore Fablab Brussels à Anderlecht viennent compléter l’offre

Erasmus for Young Entrepreneurs (EYE)

Erasmus for Young Entrepreneurs est un programme européen d’échange entrepreneurial permettant aux nouveaux entrepreneurs se voient offrir la possibilité d'acquérir ou d’échanger des connaissances et des idées entrepreneuriales avec un entrepreneur expérimenté, auprès duquel ils séjourneront pendant une période pouvant aller de 1 à 6 mois, avec une bourse mensuelle octroyée au nouvel entrepreneur par la commission européenne. 

Ce programme est ouvert à tous secteurs. Au cours de la dernière année, hub.brussels a mis en relation plusieurs futurs entrepreneurs avec des artisans bruxellois, à savoir un tapissier/garnisseur de meubles, un chocolatier et un brasseur.

3. Incubation et localisation : de nombreux points d’ancrage

MicroMarché 

Le MicroMarché, localisé au Recy-K, se définit comme un réseau social offrant différents services, parmi lesquels la location de bureaux allant de 40 à 80m² à des prix abordables. Voisin direct de la Microfactory, ces deux organisations ont tissé des liens étroits au fil du temps. Basé sur des principes de partage et de collaboration, le MicroMarché met également en le recyclage de déchets comme source de nouveaux matériaux, créations et objets. Sa proximité avec la MicroFactory, son emplacement stratégique implanté dans le Recy-K,  et son animation collaborative et innovante en font une localisation de premier choix pour les artisans en tout genre.

Coopcity

Coopcity  est un centre dédié à l’entrepreneuriat social et coopératif à Bruxelles. Cet organisme propose des programmes d’accompagnement des entrepreneurs, quel que soit leur stade d’avancement, ainsi que des espaces de travail. Plusieurs artisans sont déjà passés par les services de Coopcity, notamment Beer Food et une coopérative de boulangers.

Orybany

Orybany est un boutique/atelier/espace createurs qui prône le retour au naturel et l’upcycling. La boutique propose des produits d’une vingtaine de créateurs différents. Orybany propose également différents ateliers qui vont de la couture au travail des cheveux en passant par la transformation de vêtements. C’est donc un véritable melting pot dans lequel plusieurs types d’artisans pourront se retrouver.

Brucenter

Brucenter, le réseau des centres d’entreprises publics bruxellois propose également des locaux à prix avantageux. De nombreux artisans passent par ce réseau pour établir leur bureau, notamment un ferronnier chez Euclides, une joaillère et une restauratrice d’œuvres d’art aux Ateliers des Tanneurs, des bijoutiers chez Village Partenaire ou encore un atelier de porcelaine à La Lustrerie.

Re-Creation Hall Market

Tous les seconds dimanches du mois, le Re-Creation Hall Market vous accueille aux Ateliers des Tanneurs. Il s’agit d’un marché qui permet aux artisans locaux de présenter leurs créations. Il est possible d’y louer un stand à des prix plus que raisonnables !

4. Tester son activité avant de se lancer dans l’aventure entrepreneuriale

Pour ceux qui hésitent à se lancer directement sous un statut d’entrepreneur, de nombreuses alternatives vous permettent de passer par une phase de transition, de vous lancer en gardant un filet de sécurité. En voici déjà quelques-unes

Les coopératives d’activités

Une coopérative d’activités est un organisme qui offre un cadre structuré et sécurisé pour développer une activité entrepreneuriale. Dans un premier temps, le candidat entrepreneur peut être accompagné dans le développement de son idée. Une fois prêt à se lancer, il pourra tester son activité pour une période de 18 mois sans devoir prendre de numéro d’entreprise. Pour les chercheurs d’emploi et allocataires sociaux, cette formule permet de conserver ses allocations de remplacement tout en démarrant son activité. Au terme de la période de test, il est alors possible de faire un choix éclairé sur le démarrage ou non d’une entreprise.

 À Bruxelles, plusieurs formules existent :

  • Job Yourself, à travers sa coopérative Baticrea, accompagne toute personne désireuse de lancer sa propre activité manuelle dans les secteurs de l’artisanat, des métiers verts, du bâtiment et de la construction, ou des services liés à l’habitat. Vous bénéficier alors d’un accompagnement sectoriel personnalisé.

  • Backstage brussels est la coopérative des industries créatives au sens large. Les artisans y sont donc également les bienvenus. Fonctionnant sur le même modèle que Job Yourself, Backstage met l’accent sur les activités artistiques.

Le payrolling : un autre moyen de tester une activité

Ce système vous permet de rémunérer des prestations de services que vous effectuez de manière occasionnelle ou régulière. Vous devenez alors salarié pour le temps de votre prestation, un peu comme si vous faisiez de l’interim, mais pour votre propre activité. Cela vous permet notamment de tester votre activité avant le grand saut vers l’aventure entrepreneuriale.

À Bruxelles, plusieurs organismes proposent ce type de service, par exemple Smart ou Tentoo.

Prestations occasionnelles

Vous voulez tester votre produit sur un marché ou lors d’une vente privée ? Vous êtes artisan amateur et vous participez chaque année au marché de  Noël de votre commune, sans que ce ne soit votre activité principale ? C’est possible de le faire en tant que particulier, et en toute légalité, pour autant que cela reste de l’ordre de la prestation exceptionnelle. Il suffira alors de déclarer vos recettes sous l’étiquette « prestations occasionnelles » de votre déclaration d’impôts. Ces prestations seront taxées à 30%.

Se lancer : démarrez votre entreprise !

Que vous passiez par une phase de test ou non, il vous faudra un jour choisir de créer (ou non) votre entreprise. Avant de sauter le pas, informez-vous sur les différentes possibilités qui s’offrent à vous. Allez-vous exercer votre activité sous le statut d’indépendant ou créer une société ? Si vous créez une société, sous quelle forme allez-vous la mettre sur pied ? Les questions liées à la création peuvent être nombreuses. Le 1819 est là pour vous informer et vous orienter. Prenez le réflexe de nous appeler lorsque vous cherchez une information ou lorsque vous avez une question.

5. Quelques outils spécifiques aux artisans

Différents outils ont été mis en place au cours des dernières années afin de faciliter la promotion et la reconnaissance des artisans.

La Journée de l’Artisan

La journée de l’artisan est un évènement national organisé par le SPF Économie, ouvert à tous les artisans de Belgique et gratuit pour le public. C’est une grande vitrine qui permet aux artisans de mettre en valeur leurs réalisations et créations. Tous les artisans participants sont répertoriés et accessibles. Cette année, c’est le 18 novembre qu’ils vous accueilleront dans leurs ateliers.

Le label Artisan

Ce label, donne aux artisans qui le demandent une reconnaissance légale de leur métier. Elle consacre le caractère authentique de leur activité, l’aspect manuel du travail et le savoir-faire artisanal. Toute demande de reconnaissance peut être introduite auprès de la commission Artisans du SPF Économie. Depuis sa création en 2016, ce label a déjà répertorié plus de 1100 artisans en Belgique.

La Fédération des Commerçants, Artisans et Entreprises du SDI

Le Syndicat des Indépendants a mis sur pied cette fédération dans le but d’identifier et de remédier aux problèmes rencontrés par les professionnels de ces secteurs. Elle vise la protection et le développement des intérêts professionnels, économiques, sociaux et moraux des chefs d'entreprise de l'artisanat, du petit et moyen commerce et de la petite et moyenne industrie. Ses membres ont également accès aux autres services du SDI comme l’assistance juridique et promotionnelle.

Conclusion

Si démarrer sa propre entreprise n’est jamais chose aisée, de nombreux soutiens existent afin de minimiser les risques et amorcer une transition douce vers l’entrepreneuriat. Comme nous avons pu le voir, le secteur de l’artisanat n’est pas en reste et bénéficie lui aussi de programmes adaptés à son développement. N’hésitez pas à en profiter… et contactez le 1819 pour toute demande de précision ou information complémentaire !

Auteur/Organisation: 
Pierre Herfurth - 1819

(Futur) entrepreneur ?
Des questions ?

info@1819.brussels
appelez le 1819

Lu-Ve de 08:30 à 13:00
et Ma de 17:00 à 19:30

Service gratuit hors coût de l'appel :
tarif fixe national

infopoint 1819

Lu-Ve de 13:00 à 17:00

Ch. de Charleroi 110, 1060 Bruxelles

En savoir plus?

Abonnez-vous à notre newsletter

  • Bimensuelle
  • Gratuite
  • Plus de 22 000 abonnés

Follow us