05/12/2018

Financements : sept spécialistes, sept conseils

Financements : sept spécialistes, sept conseils

Dans le développement de beaucoup de projets, il arrive un moment où se pose la question du financement. Il existe de multiples formes de financement et de financeurs et il est important de bien comprendre leur manière de fonctionner afin d’adapter au mieux votre présentation. Nous avons récolté pour vous les conseils de plusieurs spécialistes du domaine.

Prêts entre connaissances, crowdfunding, microcrédit, crédit bancaire, financement public, business angels, fonds d’investissement, … Il existe de multiples solutions de financements plus ou moins adaptées selon les types de projets et leur ampleur.

Nous avons demandé à sept spécialistes du financement de nous livrer leurs conseils pour booster vos chances d’obtenir des fonds : Catherine Iwankiw de Credal, Céline Bouton de Lita.co, Ellen Hansen de finance.brussels, Isabelle Gérard de Start Invest, Jean-François de Hertogh de Growfunding, Rodolphe d’Udekem d’Acoz de hub.brussels et Roxanne Lemercier de Microstart . Découvrez leurs recommandations pour multiplier vos chances de réussir.

1. Préparez-vous avec soin

Cela peut sembler évident, et pourtant tous les financeurs voient régulièrement arriver des porteurs de projets qui ne sont pas du tout préparés : ils en sont parfois encore au stade de la simple idée.  Pour pouvoir évaluer son besoin en financement, il est nécessaire de passer du temps à élaborer son projet :

  • Vérifiez la concurrence de manière approfondie et déterminez comment vous comptez vous différencier de celle-ci.

  • On a souvent tendance à inclure énormément d'activités dans son business plan afin d'assurer la rentabilité de son activité (je vais ouvrir un restaurant, faire traiteur, livrer à domicile, faire des ateliers et des brunchs et je vais travailler seul(e) pour réduire les coûts). Il est important de faire une simulation d'une journée type de travail afin de se rendre compte de la faisabilité du projet (quand vais-je faire les courses de marchandises, puis-je me faire livrer ? Ai-je le temps pour les aspects administratifs?) Il faut également penser aux possibles aléas de la vie ; si j'ai des enfants, qui va les chercher à l’école ? Que faire s’ils sont malades ? Plus votre projet est réaliste et plus vous aurez anticipé les possibles problèmes, plus vous pourrez convaincre un financier.

  • Ne faites pas le travail à l’envers lorsque vous préparez votre plan financier. Ne vous basez pas sur votre besoin en rémunération pour calculer votre chiffre d’affaires prévisionnel mais estimez plutôt les prévisions sur base d’une étude de marché, d’observation de la concurrence, des habitudes des clients visés, etc. Votre plan financier doit se baser sur des éléments concrets et vérifiables au maximum. Vous devez fournir au financeur un montage financier équilibré, qui tient compte de votre capacité de remboursement et prévoit une marge de sécurité.

  • En cas de reprise d’un fonds de commerce, faites aussi avec soin le travail préparatoire : demandez les chiffres du cédant, ses attestions fiscales et sociales, vérifiez les autorisations et permis divers ainsi que le bail.

  • Pour tous les projets, évaluez les besoins en termes de montants, mais aussi d’objets à financer (s’agit-il d’investissements ? de rémunérations ? de trésorerie ?) et de phases.

2. Faites-le vous-même !

C’est vous qui allez défendre votre dossier auprès des potentiels financeurs. Il est important que vous maîtrisiez bien les différents éléments et hypothèses du plan financier. N’hésitez pas à vous faire aider, mais ne laissez pas un comptable ou tout autre expert faire les choses à votre place, sans vous-même pouvoir expliquer et argumenter les chiffres ! Vous devez comprendre ce que vous présentez sinon vous n’aurez aucune crédibilité.

3. Soyez pragmatique

Si vous avez une grande idée mais qu'elle nécessite d'investir 500.000€ et que vous n’avez rien en poche, ou qu'un concurrent a déjà développé le projet, ou que c'est trop compliqué sous la législation belge, ... mieux vaut alors adapter votre projet pour le rendre réaliste dans le contexte actuel que d'être en opposition contre tout et finalement ne jamais le réaliser. Les structures d'accompagnement sont là pour vous mettre face à la réalité. Non pas pour briser un rêve ambitieux, mais pour l'accompagner, le rendre réaliste aujourd'hui et l'atteindre demain.

4. Soyez transparent

Lors d'une demande de financement, même si ce n'est pas toujours facile, il est important d'être transparent sur sa situation. Rien de pire pour un financeur que de découvrir que quelqu'un a essayé de lui cacher quelque chose. Cela brise la confiance qui est clef dans une demande de financement. Crédit vient de credo ("je crois" en latin).

5. Prévoyez le temps nécessaire

Rome ne s’est pas faite en un jour, votre financement non plus, et il est important d’anticiper le temps nécessaire à la levée de fonds dans son planning.

Combien de starters ne sont-ils pas sortis optimistes et confiants d’un premier rendez-vous avec un financeur, sûrs d’obtenir leurs fonds dans un délai très court, pour finalement décrocher près d’un an plus tard l’argent tant attendu ?

De façon générale, prenez soin de ne pas envoyer votre dossier en une fois à toutes les banques par exemple : si ce dossier comporte une faiblesse manifeste, ou des erreurs, vous risquez de fermer toutes les portes en une fois, et ce sera compliqué de les rouvrir. Envoyez-donc un premier dossier, attendez les réactions, adaptez si nécessaire, envoyez à la deuxième institution et ainsi de suite. Si vous obtenez plusieurs réponses positives, vous aurez même le luxe de discuter et choisir. Quand on veut lever des fonds, il ne faut pas non plus voir trop à court-terme : c’est un processus qui prend du temps, de la préparation, du dynamisme au moment de la levée et aussi un bon suivi.

Essayez de bien évaluer les phases clés du projet (milestones) et d’y calquer les besoins et la stratégie financière.

6. Testez tout ce qui est testable

Il est important de montrer au financeur que le produit ou le service que vous voulez vendre attire de l’intérêt. Essayez donc autant que possible de tester le marché, pour pouvoir montrer des preuves concrètes de réalisation et l’intérêt des clients. Avec le développement des outils informatiques, c’est de plus en plus simple aujourd’hui. Une simple page d’accueil gratuite sur le web peut déjà vous apprendre beaucoup sur l’attractivité de votre produit !

7. Apprenez à connaître le réseau et adaptez-vous

Il est important d’avoir une bonne connaissance du paysage des acteurs/structures à qui l’on peut demander de l’aide, et de personnaliser et adapter tant que possible sa demande à la personne à laquelle on s’adresse :

  • le point de vue d’un financeur n’est pas celui d’un client ou d’un partenaire
  • les points de vue / le focus d’un investisseur / d’un banquier / d’une plateforme de crowdfunding/ d’un financeur de R&D ne sont pas les mêmes.

Quelques conseils par mode de financement :

a) Investissement (equity) :

L’investisseur ‘classique’ cherche avant tout un certain retour sur investissement (correspondant à la fois au type de risque qu’il est prêt à prendre et au return attendu) ; il cherche également à pouvoir se dégager de l’investissement sur une durée moyenne de 4 à 5 ans ; il va donc être particulièrement concentré sur la capacité de l’équipe entrepreneuriale à opérationnaliser le projet et à tirer un profit maximal des forces du projet et du/des marchés visés et ce dans un temps limité ; donc il va falloir le convaincre à la fois de votre potentiel en tant qu’entrepreneur (capacité à délivrer et à réagir/anticiper :‘agilité’) et du potentiel du projet lui-même.

b) Crédit classique (lending)

Le banquier vise avant tout d’une part à récupérer les fonds prêtés avec une marge raisonnable et d’autre part à se protéger si problème il devait y avoir (garantie) ; le banquier n’est donc pas centré sur la capacité à dégager le plus de valeur possible en un temps limité mais est centré sur la limitation des risques et la capacité de remboursement ; le discours à tenir est donc fondamentalement différent.

c) Plateforme de crowdfunding

Les plateformes ont différentes façons de fonctionner, choisissez bien en fonction de vos besoins. Certaines plateformes vous mettront en contact uniquement avec des particuliers, d’autres avec des investisseurs professionnels, il est important d’adapter votre présentation et votre discours. Dans tous les cas, n’oubliez pas que si une campagne de crowdfunding peut être un magnifique outil de communication, elle demande toujours un important investissement en temps.

d) Subsides R&D

Ici le focus est principalement sur le défi technologique, l’amélioration de « l’état de l’art » et l’intégration de la valeur technologique au sein de l’entreprises comme valeur ajoutée (et comme valeur ajoutée pour la Région si le financement est public) ; votre dossier devra donc être présenté en ce sens.

 

Un dernier conseil pour la route : diversifiez vos sources de financement ! Vous ne savez pas vers qui vous tourner ? Faites-vous aider par une structure d’accompagnement qui vous guidera parmi les différentes offres.

Et venez découvrir les différents acteurs lors des nombreuses activités organisées à l’occasion de la semaine thématique « Subsides et financements » du 10 au 14 décembre 2018 : vous aurez l’occasion de rencontrer directement des financeurs publics et privés, de recevoir du conseil personnalisé et de partager votre expérience avec d’autres entrepreneurs.

Auteur/Organisation: 
1819 - Véronique Flammang

(Futur) entrepreneur ?
Des questions ?

info@1819.brussels
appelez le 1819

Lu-Ve de 08:30 à 13:00
et Ma de 17:00 à 19:30

Service gratuit hors coût de l'appel :
tarif fixe national

infopoint 1819

Lu-Ve de 13:00 à 17:00

Ch. de Charleroi 110, 1060 Bruxelles

En savoir plus?

Abonnez-vous à notre newsletter

  • Bimensuelle
  • Gratuite
  • Plus de 22 000 abonnés

Follow us